18/04/2017

« Macron et le digital veulent ma peau ? Ils ne l’auront pas ! » 1

Entre le 10 juillet 2014 2 et le 17 mars 2017 3, que s’est-il passé ?

 

20 000 notaires place de la République le 17 septembre 2014, puis 50 000 professionnels du droit, toutes professions confondues le 10 décembre 2014 et, depuis, les notaires se sont lancés quasiment du jour au lendemain sur Twitter, Facebook, YouTube, LinkedIn ou dans la création de leur propre legaltech4.

 

En réaction au projet de dérèglementation présenté par Arnaud Montebourg, des notaires lancent le mouvement #notairesfuribards5 ; sous l’impulsion d’un notaire, est né un nouveau rendez-vous citoyen avec #conseilducoin6 ; d’autres notaires ont créé des legaltechs (mynotary.fr, foxnot.com…) ; le Conseil supérieur du notariat lance Notaviz et BailMyself ; de nombreux groupes de notaires se créent sur Facebook… En l’espace de deux années, le notariat découvre et applique ce que l’on enseigne dans les plus grandes écoles de stratégie d’entreprise.

 

Toutes ces inventions, toutes ces innovations, toutes ces transformations comportementales conduisent le Conseil supérieur du notariat à nouer un partenariat avec HEC !

 

Que de chemin parcouru depuis la formule du président Jean Tarrade citée place de la République le 17 septembre 2014 : « le droit n’est pas une marchandise comme les autres ». Désormais, les notaires se forment à la stratégie, à la gouvernance et à la conduite du changement.

 

Que de mouvements et d’innovations pour une profession censée incarner « l’ancien, le conformisme, le statu quo »2  !

 

Oui, le notaire est un officier public au service du citoyen, et oui, le notaire est aussi un entrepreneur privé sur lequel pèse une responsabilité personnelle. Une responsabilité sur ses biens propres, une responsabilité vis-à-vis du citoyen par les actes qu’il authentifie mais aussi une responsabilité sociale vis-à-vis des collaborateurs qui l’accompagnent au quotidien dans son office.

 

Le notaire n’est pas un entrepreneur comme les autres, mais le marché n’en a cure. Le notariat est un marché qui représente 6,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et gère plus de 600 milliards d’euros de capitaux : ce qui aiguise les appétits !

 

Que les notaires ne se trompent ni de cible, ni de temporalité. Comme pour n’importe quel écosystème naturel, l’arrivée d’un nouvel acteur peut remettre en cause l’équilibre tout entier du territoire concerné.

 

Quelles sont les menaces économiques qui pèsent aujourd’hui sur le notariat ?

 

Dans leurs offices, les notaires actuellement installés craignent dans l’immédiat l’arrivée des « bébés Macron » – ainsi nomme-t-on bien souvent les notaires qui créent leur office dans le cadre de la loi Macron. À moyen terme, les notaires craignent aussi l’émergence de réseaux mono ou pluri-professionnels. À une échelle de temps mal définie, le notariat s’inquiète, et à juste titre, du mouvement de digitalisation de toute notre société, cette fameuse « ubérisation ».

 

Alors face à ces menaces, quelle réaction avoir ? Quels moyens mettre en œuvre ? Quelle stratégie définir et selon quel calendrier ?

 

Ambitieux celui qui sera capable d’affirmer quand, où et quel sera l’impact réel de ces changements. Mais une chose est certaine, le mouvement de transformation doit s’opérer partout et maintenant.

 

Et le notariat l’a très bien compris, il suffit de lire la thématique du 113ème Congrès des notaires qui se tiendra à Lille du 17 au 20 septembre 2017 : « Le notaire au cœur des mutations de la société »7 . Gageons que ceux qui sont capables de faire avancer notre société, seront aussi tout autant capables de transformer leurs propres structures d’exercice, leurs gouvernances et leurs stratégies.

 

Les transformations imposent le mouvement et le mouvement c’est la V.IES !

 


 

1 Propos recueilli auprès d’un notaire en réaction à la loi Macron et au mouvement d’ubérisation des professions du droit
2 Cf. discours d’Arnaud Montebourg du 10 juillet 2014, pour le redressement économique de la France : « Ce sera la bataille des modernes contre les anciens, la bataille de l’audace contre le conformisme, la bataille contre les révolutionnaires du statu quo. »
3 Date correspondant à la première nomination d’un notaire dans le cadre de la loi Macron
4 Terme utilisé pour définir les startups du droit
5 Les #notairesfuribards sont à l’origine de nombreux spots sur YouTube
6 #conseilducoin est né d’un échange entre Vincent Chauveau, notaire à Nantes et l’écrivain Alexandre Jardin
7 Sur Twitter : @CongresNotaires – compte officiel du Congrès des notaires de France

Stéphane PETIT

Stéphane PETIT

Associé Groupe VOLENTIS. Expert-comptable. Chargé d’enseignement à la Faculté Paris Dauphine. Formateur INAFON SPFPL SEL.

  • Voir le profil LinkedIn de Stéphane PETIT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pourquoi?

Une question ?

Un conseiller est à votre disposition.

Laissez-nous vos coordonnées, nous vous rappellerons très rapidement.